Le numérique au service de l’écriture

Voici quelques pistes numériques pour aider en écriture

Des solutions numériques peuvent désormais aider l’élève à écrire. Il s’agit de logiciels ou d’applications qui proposent une prédiction de mots en fonction du contexte, de statistiques. Il conviendra de vérifier la possibilité de rétroaction vocale dans la liste de mots proposée et dans le mot choisi. On peut aussi proposer des transcripteurs qui vont écrire le texte dit ou lu.

Certains traitements de texte permettent de proposer des interfaces en fonction de l’âge des élèves. Par exemple, Libre Office des Ecoles a une interface  modifiée pour être plus accessible aux élèves d’écoles maternelles et élémentaires.

La possibilité de travailler à l’écran directement sur un fichier Pdf  ou fichier image (PNG, JPG…) par l’entreprise d’un logiciel est une fonction dont nous parlons dans la partie « Le numérique au service de l’organisation »

Ces outils nécessitent de nouvelles compétences (choix, décodage, plutôt que codage, nécessaire production d’un texte oralisé destiné à l’écriture…) qui doivent être travaillées. Pour ajouter des voix gratuites sous Windows, vous pouvez consulter le tutoriel ci-dessous:

Configurer une voix sous Windows
Solutions prédictives

Pour en savoir davantage sur l’écriture prédictive, il existe un « Que sais-je » sur le site Prim à Bord.

Solutions gratuites
Solutions payantes
Utiliser un correcteur

Un correcteur grammatical et/ou orthographique peut améliorer considérablement les productions (Voir étude avec le correcteur payant Antidote). Une infographie réalisée par le RÉCIT, présente les principaux résultats de cette étude.

Grammalecte est un correcteur grammatical open source dédié à la langue française, pour Writer (LibreOffice, OpenOffice), Firefox & Thunderbird. Il essaie d’apporter une aide à l’écriture du français sans parasiter l’attention des utilisateurs avec de fausses alertes. → Téléchargement: https://www.dicollecte.org/

La transcription vocale

L’élève dicte le texte et le logiciel le retranscrit de manière écrite.
Son utilisation est sensible aux parasitages sonores ce qui influe sur la précision de la transcription.
Dans le cas de l’utilisation d’un logiciel dédié, une phase de paramétrage est parfois exigée pour que le logiciel puisse reconnaître la voix de l’utilisateur. Une phase d’apprentissage des différentes fonctionnalités rend l’utilisation complexe et requiert une certaine autonomie des élèves face à l’outil informatique.

Il existe principalement des solutions payantes et assez onéreuses pour cette fonction (exemple: Dragon Naturally speaking). Quelques solutions gratuites existent cependant:

  • Google Doc permet désormais la saisie vocale. Il existe aussi quelques services en ligne comme SpeechNotes (→voir sur ONH). Le logiciel Dys-Vocal (Payant) peut s’acquitter de la tâche.
  • Balabolka
  • Les synthèses vocales embarquées des outils nomades (téléphone, tablette, …) de plus en plus puissants.